Tour d Europe en dirigeable.

nous sommes tous sur la terre, il vaudrait mieux qu'on en prenne soin.

Modérateur: Sylvana

Tour d Europe en dirigeable.

Messagepar Sylvana » 14 Mai 2012, 15:51

Un gros cigare blanc, au ventre frappé de l’inscription « Jülich » qui, par moments, fera des ronds dans l’air. C’est ce que des milliers de Français pourront voir cet été au-dessus de leur tête, dans le sud-est de la France et notamment à Lyon. Jusqu’à la mi-septembre, un ballon dirigeable survolera l’Europe, du nord au sud, avec à son bord des scientifiques et du matériel d’analyse. Objectif de ce survol : mieux caractériser la pollution de l’air, notamment au-dessus des grandes villes et des régions industrielles. Lancé le 4 mai 2012 depuis Friedrichshafen, la capitale historique du Zeppelin, sur les bords du lac de Constance (sud de l’Allemagne), l’aéronef traversera la France courant juillet.

L’AÉRONEF EST IDÉAL POUR CETTE EXPÉRIENCE
C’est dans ce cadre que des scientifiques du Centre de recherche de Jülich, près de Düsseldorf, ont eu l’idée d’utiliser un dirigeable, un aéronef plus léger que l’air muni d’hélices propulsives et d’un système de direction, à la différence d’un simple ballon. Fabriqué par la société allemande Zeppelin Luftschifftechnik, le zeppelin NT (Neue Technologie) mesure 75 m de long, 19,5 m de large et 17,4 m de hauteur. Doté d’une structure semi-rigide (longerons en aluminium, triangles en fibre de carbone, câbles en aramide), recouvert d’une triple peau (film extérieur Tedlar anti-UV, intermédiaire en polyester résistant aux chocs, intérieur en polyuréthane soudable et imperméable), gonflé à l’hélium et équipé de trois moteurs de 200 CV et de trois hélices orientables, cet aéronef est très manœuvrable et peut décoller verticalement, rester en vol stationnaire ou même voler en arrière. « Des performances idéales pour notre mission puisqu’il pourra réaliser des profils verticaux dans la basse atmosphère, entre 1 000 et 2 000 m, ou bien, telle une poussière ou une feuille morte, se laisser emporter dans un panache de pollution de façon à pouvoir suivre en direct les processus chimiques qui s’y dérouleront », explique Christian George, directeur de recherche à l’Institut de recherches sur la catalyse et l’environnement de Lyon (CNRS-Université Claude Bernard), l’un des laboratoires partenaires.
http://www.la-croix.com/Actualite/S-inf ... 8U.twitter
Avatar de l’utilisateur
Sylvana
Administrateur
 
Message(s) : 571
Inscrit(e) le : 25 Jan 2012, 15:40
Localisation : Savoie

Retour vers environnement

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité

cron